Interview Elisabeth Barthelemy

🌸Interview de Elisabeth Barthélemy 🌸

 Je vous invite à lire et découvrir cette superbe interview avec Elisabeth  Merci d’avoir jouer le jeu 😘
 
—————–♥—————-
 
Bonjour Elisa, pour bien commencé merci d’avoir participé à mon petit projet « 1 mois 1 auteure », j’espère que cela aura permis à quelques personnes de te découvrir.
Et si on débutait par une petite présentation ? Parle nous de toi un peu.
Je m’appelle Élisabeth Barthélémy, ceci est mon vrai nom de femme mariée. En réalité, j’aurais aimé prendre un pseudo mais tout ceci n’était pas vraiment prévu. Je m’explique : l’année dernière, j’ai participé pour la première fois au concours de nouvelles de mon département « Suspense en Seine & Marne » et il se trouve que j’ai gagné. Ma nouvelle a été publiée dans un recueil et diffusé dans les différentes médiathèques, sans que l’on me demande si je souhaitais changer mon nom ! Après, je me suis mise à écrire mon roman et j’ai gardé mon nom, mais cela ne va pas forcément durer !
Sinon, j’ai 40 ans, deux affreux bonshommes de 4 ans et demi et 7 ans (mais je les aime tellement), trois chats et un mari patient.
Une particularité me concernant serait peut-être ma profession puisque j’exerce dans le domaine de la criminologie. Je travaille en effet au sein d’un service spécialisé en charge de l’évaluation de la personnalité et de la dangerosité des criminels. En gros, je ne côtoie que des tueurs et des violeurs et c’est une véritable passion !
Sinon, je vous dirais que je pratique l’humour noir à outrance, que j’ai un faible pour le chocolat et que j’adore le sport (faut bien éliminer toutes ces tablettes!).
 
Devenir auteure, c’est un rêve de gamine?
Oui, c’est une évidence, j’en ai toujours rêvé. Petite, je me rappelle me promener à travers les rayons des librairies et assurer aux adultes que plus tard, mon livre se trouverait aussi sur les étagères. Ce n’est pas encore le cas mais je le sens au fond de moi, cela arrivera.
 
𝙌𝙪’𝙚𝙨𝙩-𝙘𝙚 𝙦𝙪𝙞 𝙩’𝙖𝙨 𝙙𝙤𝙣𝙣𝙚́ 𝙚𝙣𝙫𝙞𝙚 𝙙’𝙚́𝙘𝙧𝙞𝙧𝙚 ?
Je suis une passionnée des livres. J’aime non seulement les univers que l’on se crée dans son imagination, guidés par celle de l’auteur, mais j’aime aussi toucher le livre. Je me suis mis au numérique récemment, j’avais beaucoup de réticences mais à un moment donné, c’est une question de place et de budget !

J’ai toujours écrit : des poèmes, des B.D (même si je dessine comme un pied), des contes… Et bien sûr des rapports de personnalité dans le cadre de mon travail. Je n’arrive pas à me cantonner à un travail administratif et ma hiérarchie m’a toujours dit des choses comme « j’ai eu l’impression de lire un roman », alors après tout, il n’y avait qu’un pas à franchir et c’est chose faite.

𝘼 𝙦𝙪𝙚𝙡 𝙢𝙤𝙢𝙚𝙣𝙩 𝙙𝙚 𝙩𝙖 𝙫𝙞𝙚, 𝙖𝙨 𝙩𝙪 𝙙𝙚́𝙘𝙞𝙙𝙚́ 𝙙𝙚 𝙩𝙚 𝙡𝙖𝙣𝙘𝙚𝙧 𝙙𝙖𝙣𝙨 𝙘𝙚𝙩𝙩𝙚 𝙛𝙤𝙡𝙡𝙚 𝙖𝙫𝙚𝙣𝙩𝙪𝙧𝙚 ?
Je me suis lancée dans l’écriture il y a quelques années, en imaginant parler de mon travail. J’ai passé dix ans à rassembler les éléments, trier les dossiers et tout anonymer. Hélas, mon administration étant récalcitrante, j’ai dû tout laisser tomber mais ce n’est que partie remise ! C’est un peu comme l’armée, la grande muette, sauf que c’est la pénitentiaire. Il ne faut rien dire, on préfère tout cacher, quitte à entretenir les fantasmes des prisons, ce qui à mon sens, n’en a pas. En parallèle, le fait de gagner le concours de nouvelles l’année dernière a ôté mes blocages. Moi qui avais tendance à procrastiner, cette petite victoire a ouvert les vannes de mon esprit et je pense que c’est réellement ça qui a provoqué l’écriture de mon roman.
 
𝙊𝙪̀ 𝙩𝙧𝙤𝙪𝙫𝙚𝙨-𝙩𝙪 𝙩𝙤𝙣 𝙞𝙣𝙨𝙥𝙞𝙧𝙖𝙩𝙞𝙤𝙣 ?
Je la trouve beaucoup au travail. Je côtoie en effet des personnes qui ont commis l’irréparable et qui ont, la plupart du temps, eu une vie dramatique. Je ne cherche pas à les défendre mais à les comprendre, c’est mon métier. Alors toutes ces tranches de vie laissent des traces, sans compter ma propre vie, mes propres expériences, mes fêlures et cela donne une cocktail explosif !
 
𝙌𝙪𝙚𝙡𝙡𝙚𝙨 𝙨𝙤𝙣𝙩 𝙩𝙚𝙨 𝙝𝙖𝙗𝙞𝙩𝙪𝙙𝙚𝙨 𝙙’𝙚́𝙘𝙧𝙞𝙩𝙪𝙧𝙚 (𝙡𝙞𝙚𝙪, 𝙢𝙤𝙢𝙚𝙣𝙩 𝙙𝙚 𝙡𝙖 𝙟𝙤𝙪𝙧𝙣𝙚́𝙚, 𝙚𝙣 𝙢𝙪𝙨𝙞𝙦𝙪𝙚) ? 𝙊𝙪 𝙚𝙣𝙘𝙤𝙧𝙚 𝙩𝙚𝙨 𝙥𝙚𝙩𝙞𝙩𝙨 𝙧𝙞𝙩𝙪𝙚𝙡𝙨 𝙥𝙤𝙪𝙧 𝙩𝙚 𝙢𝙚𝙩𝙩𝙧𝙚 𝙚𝙣 𝙘𝙤𝙣𝙙𝙞𝙩𝙞𝙤𝙣.
Clairement, je suis tout sauf régulière. La discipline dans l’écriture, c’est pas pour moi. J’ai trop de temps à rattraper. Je peux passer une journée à ne faire que ça et me lever à 5h du matin, parce que mes personnages ne me laissent pas en paix, pour après laisser en plan un chapitre pendant une semaine si je ne le sens pas. Je suis aussi nomade, je n’ai pas d’endroit ; tout ce dont j’ai besoin, ce sont des litres de thé, du chocolat (hé oui) et du silence. Je peux écrire sur mon lit, sur la table de la cuisine, dans mon jardin. Je n’arrive pas à écrire en musique. Avec deux garçons hurleurs, croyez moi que le silence vaut de l’or et j’ai besoin de m’entendre penser.
 
Est-ce que tu as des projets à faire découvrir à nos lecteurs?
Tellement ! Déjà, le tome 2. Ensuite, je n’ai pas abandonné l’idée de parler de mon métier qui me passionne tant. C’est juste que je suis en train de remanier tout ça afin de le rendre en fiction. J’ai commencé à poster des chapitres sur Fyctia, via le concours « Les lieux noirs » mais je réalise que ce format ne me convient pas. Hélas, quand on commence à publier pour un concours, on en a pour deux ans avant de reprendre ses droits… Ce qui me laisse le temps pour le terminer, c’est clair ! Ensuite, je viens de créer mon association, avec une amie, Les Livres des Lise. On projette de faire notre propre salon du livre sur ma commune en octobre. Le thème sera l’auto-édition et la romance. On a déjà une quinzaine d’auteurs mobilisés, ça marche du tonnerre ! J’ai le soutien de ma mairie et du département, hé oui, cela aide d’avoir gagné le concours l’année dernière ! Enfin, je continue à participer à des appels à texte et je n’exclue pas d’envoyer mon manuscrit, une fois terminé (tome 1 + 2) à quelques ME. J’ai aussi d’autres projets de livres, tout ça n’est qu’une question de temps et d’organisation mais je me réveille enfin de ma léthargie créative et je n’ai plus le temps d’attendre.
 
La suite de Sang Affinité à déjà une date de sortie? pas qu’on soit pressé…mais quand même 😛
C’est bientôt, très bientôt ! J’ai mis le point final mais je pense remanier des chapitres, car cela serait trop court par rapport au tome 1, alors un peu de patience mais si tout va bien, ce sera avant avril.
 
As-tu une petite anecdote à nous partager, sur ton livre?
Je pense que mes personnages sont tous un mélange de moi-même. Si vous l’avez lu, vous devez vous dire ; cette fille est flippante. En réalité, aucun des personnages n’est sympathique à 100 pour 100. Encore plus bizarre, n’est-ce pas ? Je vous laisse méditer là-dessus !
 
Si tu devais te lançais un défis littéraire fou, ça serais quoi ?
Être publiée par une ME et bien sûr être lue. Avoir l’un de mes futurs romans en tête de gondole, tout simplement, cela ferait mon bonheur.
 
Un mot pour clôturer en beauté?
Je pourrais vivre de livres, de thé, de chocolat et de zumba, pas vous ? Bon ok, je garde mes gosses. Et mon mari, le pauvre.
 
𝕊𝕒 𝔹𝕚𝕓𝕝𝕚𝕠𝕘𝕣𝕒𝕡𝕙𝕚𝕖:
1) Les Légumes de monsieur Jean, lauréate du concours « Suspense en Seine et Marne », 2020, recueil paru uniquement dans les médiathèques 77 et sur le site du département.
2) Sang Affinités, tome 1, décembre 2020, BoD.
3) Rouge Roseau, nouvelle à paraître dans le recueil de nouvelles 2021, primée pour le concours polars et histoires de police avec l’association 122.
4) Sang Affinités, tome 2, bientôt…(2021)

Laisser un commentaire